Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Animal

par Mary

publié dans anima , wajdi mouawad , sabra , chatila , actes sud

Animal

Anima. Le titre sur une couverture immaculée intrigue. Qu'est ce que cela? Quelle est cette bête étrange que j'ai trouvée sur ma table? Je touche, je tâte, je renifle, je soupèse, je tourne et je retourne. J'observe. Ça a une odeur d'inconnu, d'étrangeté, c'est doux au toucher. Je me roule en boule sur mon canapé, j'ouvre. Un papier et une couverture comme une fourrure bien lisse, les premiers mots sont doux à mes oreilles et me charment malgré l'horreur de la première scène. Je suis un animal sensible, voyez-vous, tout comme mes congénères qui racontent l'histoire. Oui, cette fois pas d'omniscience humaine, nous sommes les rois, les maîtres incontestés de la narration. La communauté animale entoure le personnage principal, Wahhch Debch, depuis la découverte du corps massacré de sa femme jusqu'à la toute fin et durant tout son voyage à travers les États-Unis. Nous l'entourons, nous l'observons, douce vengeance implicite, car nous sommes dans un zoo d'un nouveau genre. À notre tour maintenant, de se moquer de leurs travers, de leur difformité, de leur fourrure mal peignée, et de les regarder s'emmêler, parfois impuissants, dans leur bestialité dont ils sont naïvement persuadés d'être débarrassés. On pourrait même penser que nous pourrions, peut-être, être plus humains que les humains eux-mêmes. Nous sommes le chat de la logeuse, le chien-loup apprivoisé le long de la Mason-Dixon Line, l'araignée du pub, la chouette de la forêt. Nous sommes les témoins vivants de la folie humaine, du meurtre, du viol, du massacre de Sabra et Chatila, de la misère, de la tristesse des hommes. Et ils osent nous traiter de bêtes? J'hiberne dans ma lecture. Je me retire dans mon terrier. Je dois savoir où cette folle épopée à travers le continent va me mener. Que va-t-il trouver au bout du chemin? Je souris, je pleure, j'halète. La vie humaine me dégoûte autant qu'elle me fascine. C'est encore un de ces livres où, quand vous tournez une page, vous vous condamnez sciemment à ne pas pouvoir vous arrêter jusqu'à la toute dernière. Vous jappez à la fin du chapitre et vous ronronnez au début du suivant. Et quand, finalement, tout se termine, vous soupirez, vous serrez, caressez le livre comme un animal frêle qui tremble dans vos mains.

Les libraires sont de drôles d'animaux.

Wajdi Mouawad, Anima , Ed. Actes Sud, septembre 2012

Commenter cet article